Projet de loi de finances : le MTC alerte l’opinion internationale


Chhayan Ringadoo, ex-PDG de la GRA, est la dernière personne à s’élever contre les amendements que veut apporter le gouvernement à la loi.

Le Mauritius Turf Club (MTC) persiste dans sa mission à faire reculer le gouvernement sur le projet d’étatiser les cours. Après la sortie publique de son président, Jean-Michel Giraud, mardi contre les amendements proposés à la Gambling Regulatory Authority (GRA) Act dans le Finance Bill, le MTC alerte cette fois l’opinion internationale.

Une correspondance faisant état de la tentative du gouvernement de dépouiller le MTC de ses pouvoirs décisionnels dans l’organisation des cours à Maurice a été, en fait, renvoyé à Louis Romanet, président de la Fédération internationale des autorités hippiques (FIAH), dont le MTC est membre à part entière depuis 1994. Cet organisme regroupe toutes les autorités nationales de régulation des cours hippiques à travers le monde.

Son président, Louis Romanet, qui a souvent assisté aux réunions internationales au Champ-de-Mars, avait en 1999 défendu la position de ce même MTC face à la tentative du gouvernement d’alors de mettre sur pied une Turf Authority à laquelle faisait opposition le MTC. Son son président d’alors Jean-Marc Ulcoq, craignait «qu’un organisme de contrôle lourd et contraignant (…) lui enlèverait ses responsabilités précises pour l’organisation des cours».

22 ans plus tard, c’est la création d’une Horse Racing Division qui remet en question la raison d’être du MTC, qui menace d’ailleurs de cesser ses activités au cas où le gouvernement continue à lui faire la sourde oreille et lui impose, par conséquent, ce nouvel organisme étatique. À l’époque, la FIAH insistait que le MTC «est actuellement la seule Autorité Hippique qui organise des courses à Maurice à être reconnue par la Fédération Internationale.» La FIAH avait aussi appelé qu’en 1997, elle avait rejeté une demande en faveur d’une Horseracing Authority en Irlande «car elle n’était pas soutenue par l’Irish Turf Club», qui était, lui, membre de la fédération.

Une autre voix s’élève, par ailleurs, contre la tentative du gouvernement d’étatiser les cours, en l’occurrence celle de Chhayan Ringadoo, l’ex-PDG de la GRA. Dans une interview cette semaine à l’Express-Turf, elle remet en question l’indépendance de la prochaine Horse Racing Division vu que celle-ci, selon les dispositions, devrait répondre au conseil de la GRA. « Donc, même si vous avez des gens compétents au sein de cette division, le risque est que certaines décisions soient rejetées au niveau du conseil d’administration de la GRA et donc pas implémentées », déclare-telle.

Projet de loi de finances : le MTC alerte l’opinion internationale
Projet de loi de finances : le MTC alerte l’opinion internationale
Gagner au turf
Logo
Lorsqu’activé, enregistrer les permaliens dans paramètres - permaliens